L’ étonnant festival participatif des Agitateurs de rêves


Porté depuis 5 ans par des habitants passionnés, « Coup de Théâtre » dépasse les frontières d’un événement festif et culturel. Il contribue au rapprochement des Annéciens entre eux, de publics éloignés du théâtre, mais aussi des comédiens avec leurs spectateurs, des entreprises avec les institutions. 7 jours pendant lesquels un territoire entier se met à rêver… Rencontre avec Anne Habermeyer, directrice artistique du festival

Anne_homeet-journal

Cela fait 5 ans que Coup de Théâtre existe, pouvez-vous nous parler de son évolution ?
Cinq ans, déjà ? C’est presque l’âge adulte pour une manifestation ! Avec une histoire, un passé rempli de souvenirs, d’anecdotes, de petites défaites mais surtout de grandes avancées…
Peu d’Annéciens aujourd’hui peuvent dire qu’ils n’ont jamais entendu parler de nos actions. Nous avons maintenant suffisamment d’heures de vol pour appartenir pleinement au paysage culturel de ce bassin de vie. Cinq années, c’est 365 jours multipliés par 5 mais c’est surtout, un jour après l’autre de courage, de ténacité, de travail, de force de persuasion.

Pensez-vous que Coup de Théâtre est un festival qui révolutionne la conception du théâtre ?
Ce qui est réellement précurseur dans notre démarche, c’est d’affirmer « haut et fort » le rapport entre « l’objet culturel » et sa réalité économique pour sa réalisation.
A notre petite échelle, nous réveillons les consciences. La culture est l’affaire de tous. Si nous n’agissons pas, elle s’éteint.
Notre mode de fonctionnement est extrêmement précaire car il tient uniquement sur la « bonne volonté » de nos partenaires et des personnes qui portent les manifestations. Nous partageons ouvertement et de manière très assumée cette difficulté auprès de l’ensemble de nos interlocuteurs. Aussi cette transparence et cette approche pédagogique fédèrent autour de nous des comportements « participatifs », qu’ils soient d’ordre financier ou logistique. Au-delà des thématiques fortes soulevées dans certains spectacles et que l’on peut partager dans n’importe quel espace de culture, notre manifestation a, en elle-même, une réelle originalité : elle stimule les comportements citoyens pour un « mieux vivre ensemble ». Elle est une démarche en soi.

Quel est l’objectif de votre programmation 2016 et qu’attendez-vous du spectateur ?
Cette nouvelle édition met à l’honneur le théâtre du texte et de l’acteur monté sur tréteaux, l’inventivité d’une jeune génération d’artistes qui renoue avec la grande tradition du théâtre populaire. Nous souhaitons démocratiser un maximum la culture et donner le « goût du théâtre » à un public de non-initiés. Il peut donner à la fin de la représentation ce qu’il souhaite car le Coup de Théâtre n’existe que grâce à nos partenaires et aux dons du public !

De quelle manière êtes-vous fidèles au souhait de Jean Rochefort « Comme Jean Vilar, je veux tout pour tous » ?
Comme notre parrain Jean Rochefort nous l’a demandé : « Cette dimension fraternelle de l’art devrait, aujourd’hui, redevenir sa force première. Nous, artistes, ne sommes-nous pas nés sur les places de village ? » Nous allons partout, des centres-villes aux quartiers périphériques porter la bonne nouvelle d’un théâtre accessible à tous les publics. •